Lucie Lamarche «Les droits culturels: une clé d’analyse favorisant une approche décompartimentalisée des droits de la personne à l’heure des sociétés complexes»

Lire l’article de Me Lucie Lamarche

L’analyse qui suit découle d’un événement récent émanant du droit international des droits de la personne: l’adoption, en décembre 2009, par le Comité d’experts des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies, d’une Observation générale (OG) portant sur le droit de chacun de participer à la vie culturelle. Cette Observation postule que le droit positif de chaque personne de participer à la culture et donc, d’en bénéficier, existe bel et bien à titre de droit humain et qu’il n’est pas seulement de la nature d’une aspiration individuelle, identitaire ou personnelle. Les droits culturels, selon le Comité, tiennent de l’identité culturelle de chaque personne dans son rapport à une communauté culturelle, elle-même en rapport avec l’exercice de tous les droits de la personne. Dans la foulée des récents débats québécois entourant les accommodements raisonnables et l’interculturalisme, peut-être aurions-nous intérêt à porter une attention plus soutenue à cette proposition. Car trop souvent, la culture et la diversité culturelle sont présentées comme des ennemies des droits de la personne et comme des menaces aux valeurs communes du Québec.

Lucie Lamarche, «Les droits culturels: une clé d’analyse favorisant une approche décompartimentalisée des droits de la personne à l’heure des sociétés complexes», M. Labelle, J. Couture et F.W. Remiggi (dir.), Montréal, Presses de l’Université du Québec, 2001, 237-257.

Haut de page