27 MARS 2018 - Les droits humains à l'épreuve dans la lutte contre Boko Haram dans le Bassin tchadien

Dans le cadre de la Série de conférences du Common Law,
le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne est heureux de présenter :

Les droits humains à l'épreuve dans la lutte contre Boko Haram dans le Bassin tchadien

Une étude sur des militants de Boko Haram capturés financée par le Ministère finlandais des Affaires étrangères a révélé qu'il y avait plusieurs raisons pour rejoindre Boko Haram. La religion était relativement mineure. Seulement 9,24% ont mentionné ce motif. Les raisons données étaient beaucoup plus banales : la pauvreté économique, le manque d'éducation et les possibilités d'emploi sont apparus des facteurs importants, même si près de la moitié des personnes interrogées avaient un emploi avant de devenir membres. Le besoin d '’appartenir’ et d'être ‘respecté’ semble également avoir été plus important que la religion. Ensemble, ces deux facteurs – pauvreté et besoin d’être respecté - ont été mentionnés par 39,5% des insurgés interrogés. Selon la même étude, 57% des anciens combattants de Boko Haram ont identifié la vengeance comme ayant une influence forte ou étant la seule influence sur leur adhésion à l'insurrection. De fait, la preuve que les forces de sécurité violent systématiquement le droit international et la loi nigériane en matière de droits de l'homme est évidente à en croire les rapports d'organisations internationales de défense des droits de l'homme, les groupes religieux, les médias locaux et internationaux, les recherches universitaires et les nombreux témoignages. Selon les chiffres d'Amnesty International, au moins 8 000 personnes ont été exécutées de manière extrajudiciaire, sont mortes de faim ou à la suite d'une maladie en raison de conditions extrêmement inadéquates et insalubres pendant leur détention dans des installations militaires nigérianes et camerounaises. Cette caractérisation des pratiques de l'armée en matière de droits de l'homme a été confirmée dans des interviews avec quelques insurgés en détention et avec quelques officiers militaires que je discuterai en détail lors de ma communication.

Mardi le 27 mars 2018
11 h 30 à 12 h 50
Pavillon Fauteux - FTX302
(57, Louis-Pasteur privée, uOttawa)

Toutes et tous sont bienvenu.e.s.
Une petite collation sera fournie.
Cet événement sera présenté en français.

Intervenant :

  • Melchisedek CHETIMA | Boursier post-doctoral Gordon F. Henderson 2017-2018

Dans le cadre de son affiliation au CREDP en tant que Boursier Post-doctoral Gordon F. Henderson, Melchisedek travaillera sur le problème important de la compréhension du lien entre l'institution historique de l'esclavage et le mouvement Boko Haram qui sévit dans les pays du bassin tchadien (Nigéria, Cameroun, Tchad et Niger). L'originalité de sa démarche repose sur la perspective historique à long terme adoptée, puisqu'il propose de relier le terrorisme contemporain à l'esclavage, au djihad et au déplacement dans les périodes précoloniales, coloniales et postcoloniales.


* Le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne pourrait prendre des photos lors de cet événement pour parution sur son site Web.

Haut de page