10 DÉCEMBRE 2019 - Camps de détention dans le Xinjiang : Une analyse des droits de la personne

Le Centre de recherche et d'enseignement sur les droits de la personne est heureux de s'associer avec l'École d'études sociologiques et anthropologiques, SAR uOttawa et la East Turkistan Association of Canada pour présenter :

Camps de détention dans le Xinjiang : Une analyse des droits de la personne

 

Mardi le 10 décembre 2019
14 h
Pavillon FAUTEUX | FTX570
(57, Louis-Pasteur privée, Université d'Ottawa)

Tous et toutes sont bienvenu.e.s.

 


L'événement sera présidé par:

  • Scott SIMON | Professeur, École d'études sociologiques et anthropologique, Faculté des sciences sociales, uOttawa

Conférencier principal :

  • Darren BYLER | « Le capitalisme de la terreur : La " rééducation " ouïghoure et le complexe industriel de sécurité en Chine »

Darren Byler a obtenu son doctorat du Département d'anthropologie de l'Université de Washington en 2018. Ses recherches portent sur la dépossession ouïghoure, le travail culturel et le "capitalisme terroriste" dans la ville d'Ürümchi, capitale de l'Asie centrale chinoise (Xinjiang). Il a publié des articles de recherche dans de nombreuses revues et a contribué à la rédaction de volumes sur l'ethnographie de l'Islam en Chine, le cinéma transnational chinois et les voyages et la représentation. Il a témoigné devant la Chambre des communes du Canada à titre d'expert sur les questions relatives aux droits de la personne des Ouïghours et rédige régulièrement une chronique sur ces questions pour SupChina. En outre, il a publié des traductions littéraires ouïghoure-anglais (avec Mutellip Enwer) en Guernica et Paper Republic. Il est également rédacteur et conservateur du dépôt numérique d'art et de politique en sciences humaines The Art of Life in Chinese Central Asia, qui est hébergé sur livingotherwise.com.

Intervenant :

  • Mehmet TOHTI | « Les communautés ouïghoures en exil et la question des camps de détention »

Mehmet Tohti, professeur d'université à l'Université normale de Kashgar avant son exil depuis 1991, est un activiste et militant ouïghour de premier plan au Canada et dans le monde. Il a été l'un des dirigeants étudiants universitaires de la toute première marche pour la liberté organisée par des étudiants ouïghours à Urumchi en 1985. Il a joué un rôle actif dans la formation de diverses organisations ouïghoure à travers le monde et a travaillé sans relâche à la promotion des droits démocratiques des Ouïghours en Turquie orientale (que la Chine appelle la région autonome ouïghoure du Xinjiang depuis 1955) sous occupation chinoise. Il a été l'un des membres fondateurs du Congrès mondial ouïghour en Allemagne en 2004 et a été président pendant deux mandats jusqu'en 2009. Il a été nommé représentant spécial du Congrès mondial ouïgour auprès de l'Union européenne à Bruxelles (Belgique) pour la période 2010-2012. Pendant ce temps, il a fait campagne pour la présentation d'une résolution du Parlement européen sur la démolition de la ville de Kashgar, vieille de 2000 ans, par le gouvernement chinois. Il a témoigné deux fois au Parlement européen et trois fois à la Chambre des communes du Canada. Il vit à Toronto, au Canada, et travaille en droit.


Camps de détention dans le Xinjiang
Haut de page